REPORT du SEM 12.05: A.-M. Miller-Blaise, “Trees of Life and Trees of Knowledge”, 17 h 30, S. 001, Sorbonne


S
uite au report de la séance du 24 mars, nous avons le plaisir de vous inviter au prochain séminaire de l’Axe Modernités 16-18 sur la thématique “Usages de l’arbre à la première modernité” où nous entendrons Anne-Marie Miller-Blaise, (Université Sorbonne Nouvelle), pour une intervention intitulée:  

“Trees of Life and Trees of Knowledge: from Leaf to Page in Early Modern Protestant England”


Le séminaire aura lieu le jeudi 12 mai  à la Maison de la recherche de Sorbonne Université en salle S. 001, de 17 h 30 à 19 h 00 et par zoom (voir le lien ci-dessous).


A l’issue du séminaire, nous vous proposons, pour celles et ceux qui le peuvent, d’aller prendre un verre pour célébrer la fin du semestre.
Bien cordialement, 
Line Cottegnies (et pour Anne-Valérie Dulac et Alexis Tadié)

Participer à la réunion Zoomhttps://us02web.zoom.us/j/83241024850?pwd=dXBYSzJKT3FGVXBoRThtSVdCODdtZz09
ID de réunion : 832 4102 4850Code secret : 570159 

SEM hors thème, 22/03/2022, L. Carvello, “Declamation in ‘Julius Caesar'” and R. Stearn, “Early Modern Servants and the Production of Atmosphere”, MR, Sorbonne, S.002 et Zoom..

Chères et chers Collègues, Chères doctorantes, chers Doctorants,

Nous avons le plaisir de vous inviter à un séminaire hors thème de Modernités 16-18  le MARDI 22 mars, de 17 h 30  à 19 h 30, où nous entendrons les deux interventions suivantes. Le séminaire se déroulera à la maison de la recherche, en salle S. 002, ainsi que par zoom : 


Participer à la réunion Zoomhttps://us02web.zoom.us/j/83241024850?pwd=dXBYSzJKT3FGVXBoRThtSVdCODdtZz09
ID de réunion : 832 4102 4850Code secret : 570159
22/03/2022, S. 002, 17 h 30: 


Lesley Carvello (University of Sussex), « Multiple Perspectives: Declamation in Shakespeare’s Julius Caesar. » 

Examining the employment of classical rhetoric in early modern drama, this exploration of Shakespeare’s use of rhetorical techniques to develop, maintain and question multiple perspectives in Julius Caesar considers Elizabethan understanding of declamation. 


Et 
Robert Stearn (Birkbeck College), “Pricking and Droning: Early Modern Servants and the Production of Atmosphere”

This paper begins by investigating sixteenth- and seventeenth-century handbooks for servants and employers, in order to explore how emotions were understood as objects of skill in non-elite contexts. It traces a trajectory in the rhetoric of servant handbooks, c. 1550–1700: while repeating the same set of scripturally derived servant virtues, these texts increasingly emphasised the tactical aspects of servants’ work and localised the evaluation and motivation of that work in employers’ socially validated expectations. Rather than understanding servant fidelity as mere performance, however, late seventeenth-century handbooks turned the dispositions and emotions of servants into objects of skill. These prescriptive works thus attest to a twofold vernacular account of servant skill, encompassing both servants’ practical household competencies and also a prior skill which included elements of what might now be called emotional labour. The paper then uses this body of prescriptive literature to interpret seventeenth-century uses of the word ‘drone’. A derogatory term of social description, ‘drone’ had three meanings in the seventeenth century: a monotonous noise or indistinct, irrational speech; a stingless bee superfluous to the hive’s division of labour; an idle person who contributed nothing to the community but lived off others’ work. Using the twofold account of skill outlined in part one to focus on the psychological dimension that the term ‘drone’ developed over the seventeenth century, the paper suggests that the insult picked out those who failed to develop an aptitude for skilled self-government. Finally, combining this investigation of the sonic, social, and entomological meanings of ‘drone’ with evidence drawn from autobiographical writing, the paper argues that, for some employers, what seventeenth-century domestic servants produced was an atmosphere.

Short biographies

Lesley Carvello: Having previously studied at Bristol University, RADA, Cambridge University and King’s College London, Lesley Carvello is currently a doctoral researcher at Sussex University working on a PhD in Rhetoric and Shakespeare under the supervision of Professor Andrew Hadfield. 

Robert Stearn recently completed his PhD in English at Birkbeck, University of London. His thesis, ‘Managing Skill, 1680–1730: Domestic Service and the Forms of Practical Knowledge’, argued that the institution of domestic service offered diversely situated writers ways to think about skill as a component of antagonistic everyday social relations. He is currently revising his thesis for publication and writing an article about the diaries of Sarah Cowper (1644–1720), which explores metaphors of abrasion as a way of describing what it was that early modern servants produced. 

SEM 18/02, A.-V. Dulac, “England’s ‘Ragged Regiment’: Memorial Figures in Wood for Kings and Queens”, par Zoom

La prochaine séance du séminaire Modernités 16-18 portera sur la thématique “Usages de l’arbre à la première modernité”. Attention, date exceptionnelle: le séminaire aura lieu le VENDREDI 18 février, de 14 h à 15 h 30.

Nous aurons le plaisir d’entendre:

Anne-Valérie Dulac (MCF Sorbonne Université, en délégation CNRS auprès du LARCA et de la Maison Française d’Oxford),

pour une intervention sur:

“England’s ‘Ragged Regiment’: Memorial Figures in Wood for Kings and Queens”

Attention! Exceptionnellement, et en raison de la situation sanitaire, cette séance se tiendra en ligne uniquement: lien zoom ci-dessous.

Heure : 18 févr. 2022 02:00 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://us02web.zoom.us/j/87649858967?pwd=dTlGQW1VdGtwSStRczdaNk1Tb0thUT09

ID de réunion : 876 4985 8967
Code secret : 850292

SUITE DU PROGRAMME

11 mars, 9 h -17h 00: Journée d’étude hors thème, “Genre Trouble in Early Modern England”, avec Queen Mary University, EN LIGNE (organisation : Emma Bartel). Programme ici.

22 mars, 17 h 30-19 h 30: Séminaire hors thème: Lesley Carvello, « Multiple Perspectives: Declamation in Shakespeare’s Julius Caesar. » et Robert Stearn (Birkbeck College), tba.

24 mars: Anne-Marie Miller-Blaise, Sorbonne Nouvelle, “The cross taught all wood to resound his name”: The Tree of Life, Trees, and Life in the Early Modern Christian Imagination.

12 mai Alexis Tadié, Sorbonne Université, “Autour de John Evelyn’s Sylva, or a Discourse of Forest-Trees and the Propogation of Timber in His Majesty’s Dominions (1662)”.

23 juin: journée d’étude

Hors Thème: JE “Genre Trouble”, 11/03/22, par zoom

INTERNATIONAL CONFERENCE

Genre Trouble in Early Modern England (1500–1800) 

Queen Mary University of London and Sorbonne Université 

Friday 11th March 2022, 9:00-17:00 GMT – Online 

Keynote: Kathryn Murphy (University of Oxford)

We are pleased to announce that our online conference “Genre Trouble in Early Modern England (1500-1800)”, co-hosted by Queen Mary University of London and Sorbonne Université (VALE), will take place on Friday 11th March, 9:00-17:00 (GMT). If you would like to attend, please register here: https://tinyurl.com/genre-trouble.

Please find attached the poster and the programme below. 

If you have any questions, please email us at genre.emp.conference@gmail.com

Best wishes,

Emma Bartel and Katie Ebner-Landy

__________________

Programme

9:00-9:10: Introduction

Life-writing

9:10-10:00: Martin Thompson (University of Manchester) ‘Un-editing’ the Autobiographical Fragments of Mary Ward (1585-1645): taking the texts on their own terms Continuer la lecture de « Hors Thème: JE “Genre Trouble”, 11/03/22, par zoom »

Appel à Contributions, Journée d’étude 23/06/22: “« Usages de l’arbre dans la littérature et les arts de l’Angleterre de la 1ère modernité »”

Alexander Cozens, The shape, skeleton and foliage of 32 species of Trees, &c, 1786, p. 11 (https://doi.org/10.5962/bhl.title.101521)

Le thème retenu pour le séminaire commun “Modernités 16-18” à compter de septembre 2021 est “Usages de l’arbre dans l’Angleterre de la première modernité”.
Le programme des séances du séminaire et des événements scientifiques associés sera prochainement communiqué sur notre site.

———- Texte de cadrage et appel à communications pour la journée d’étude du 23 juin 2022:

Thème du séminaire : Usages de l’arbre à la première modernité (Early-modern uses and appropriations of the tree), 2022-2023

Appel à contribution, Journée d’étude, « Usages de l’arbre dans la littérature et les arts de l’Angleterre de la 1ère modernité », 23 juin 2022

Dans une récente monographie consacrée à l’arbre de vie et à l’esthétique sylvestre dans la littérature anglaise de la première modernité, Victoria Bladen souligne l’hybridité essentielle des usages littéraires et symboliques de l’arbre : “[Early modern] writers drew on the motif and its rich language of trees to articulate spiritual and political states and to create hybrid terrains in their work that intersected material spaces with landscapes of the mind.”[1]

C’est à cette intersection que nous proposons de réfléchir dans le cadre du séminaire Modernités 16-18 (https://earlymodern.hypotheses.org/) et des événements associés. L’arbre, tout autant que la matière qu’il produit, le bois, sont toujours déjà investis d’un substrat symbolique dont les ramifications et les racines sont nombreuses. À cet égard, l’opposition entre l’arbre et le bois est loin de se réduire à une opposition entre animé et inanimé : en effet, ne parle-t-on pas de bois mort ou vivant ? Si l’arbre puise encore très largement à un arrière-plan et un héritage biblique et théologique, mythologique et folklorique, philosophique et littéraire multiséculaire, la période voit toutefois de profonds changements s’opérer dans la perception, la compréhension, l’utilisation symbolique et matérielle et, au final, l’exploitation des arbres. Outre les mutations socio-culturelles et économiques qui caractérisent la période (transformation des paysages, enclosures, réquisitions, destructions des parcs aristocratiques et des réserves de chasse, rationalisation dans l’exploitation des forêts), les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles correspondent également à un changement plus vaste des sensibilités vis-à-vis de la nature et du végétal. Ces glissements s’expriment dans le renouveau du questionnement autour de la place de l’homme dans la nature et dans la Création – on songe ici par exemple au tournant cartésien et ses échos outre-Manche –, en même temps que dans le développement de l’expérimentalisme et l’observation scientifique. La période voit ainsi l’essor de de la science botanique et les progrès de la classification des arbres, avec tous les bouleversements induits par l’entreprise coloniale (découverte, exploitation et importation d’espèces).

L’arbre demeure également une métaphore et un outil épistémologiques, tout en acquérant des usages et sens nouveaux : on songe ici par exemple au ramisme, aux arborescences qui précèdent de nombreux traités, aux évolutions de la généalogie, aux évolutions du modèle de l’arbre dans la pensée politique ou bien encore à la « sylva » comme genre discursif.

La journée d’étude du 23 juin 2022 tentera de cerner sur ce que l’on peut identifier comme une révolution du regard sur l’arbre et le bois à la première modernité (XVIe-XVIIIe siècles), pour mettre en évidence la manière dont, à partir d’apparents invariants dans les héritages symboliques, l’arbre se transforme dans les productions culturelles, pour se voir progressivement approprié dans sa singularité – l’arbre et non plus la forêt – et investi de nouveaux sens, plus polysémiques et ouverts sur les problématiques de la modernité. À partir des questions de l’arbre, on se propose de penser en particulier les mutations épistémologiques et esthétiques qui engagent les rapports de l’humain et de la nature (avec l’émergence d’une conscience pré-écologique, mais aussi pré-romantique) et ceux de l’humain et de la matière, à travers les productions artistiques et artisanales.

Les contributions à la journée pourront aborder les thèmes suivants.

  • L’arbre et l’imagination : l’évolution des représentations, du symbolisme et des fonctions de l’arbre et des arbres dans la littérature (théâtre, pastorale, littérature gothique ou romantique…) ; les transformations des héritages religieux, folkloriques, mythologiques, symboliques ; l’arbre comme objet esthétique ;
  • Les représentations graphiques et picturales de l’arbre et leurs évolutions (tableaux, traités, illustrations, peinture, iconographie en général) ;
  • Les questions sociales, économiques et culturelles concernant la transformation du rapport à l’arbre dans la société (transformation des paysages, de l’environnement, l’exploitation forestière, la législation forestière, les traités sylvicoles, la question des chasses, les parcs, commons, espaces publics et privés…) ;
  • L’arbre et la politique : les enjeux de l’appropriation et de la possession de l’arbre (en période révolutionnaire notamment) ; l’arbre dans les modèles politiques… l’arbre et la définition de l’identité nationale, sociale, individuelle, genrée…
  • L’arbre et le voyage, les voyages de l’arbre : l’arbre et l’entreprise coloniale, arbres dans les récits de voyage, arbres nouveaux et développement d’une pensée de « l’exotisme » ; arbres fantastiques et imaginaires ;
  • L’arbre et les sciences modernes : l’évolution des classifications, le développement de la science botanique ; l’arbre et l’expérimentalisme ;
  • L’arbre et / dans la philosophie :  l’arbre dans l’herméneutique (table des matières à arborescence, l’arbre comme modèle de développement épistémologique, arbre de la philosophie, arbre de la connaissance, arbre encyclopédique, arbre généalogique, arbor juridictionis ) ; les anthologies de Sylva…
  • L’arbre et la matière : rapport du bois à l’arbre et spécificités des espèces, métiers du travail du bois, évolution du travail du bois, concurrence de nouveaux matériaux
  • L’arbre dans les arts (objets d’arts, sculpture sur bois, art topiaire…) ; l’arbre et le jardin…

Les propositions de 150 mots sont à envoyer avant le 1er mars 2022 à line.cottegnies@sorbonne-universite.fr, anne-valerie.dulac@sorbonne-universite.fr et alexis.tadie@sorbonne-universite.fr.

[1] Victoria Bladen, The Tree of Life and Arboreal Aesthetics in Early Modern Literature, New York and Abingdon, Oxon: Routledge, 2022.  

PAR: Sillages Critiques 31, 2021, « Le spectacle de l’histoire récente et immédiate sur la scène britannique de l’époque moderne et contemporaine »

31 | 2021

Representing Recent and Immediate History on the Early Modern and Contemporary British StagesSous la direction de  Elisabeth Angel-Perez, Line Cottegnies et Virginie YvernaultHenry VI, Mise en sc. Thomas Jolly
Informations sur cette image
Crédits : Nicolas Joubard.FrançaisEnglish

Ce numéro thématique de la revue Sillages critiques réunit une sélection de textes issus des travaux du projet Émergence ClioS (de Sorbonne Université), co-piloté par Line Cottegnies et Elisabeth Angel-Perez, et qui a porté, entre 2019 et 2021, sur le théâtre d’histoire immédiate sur la scène britannique de la première modernité et de la période contemporaine. Il s’agissait de réfléchir à la nature spécifique de ce théâtre de temps de crise qui s’approprie l’histoire « contemporaine », qu’elle soit récente ou immédiate, en faisant appel à des spécialistes de théâtre des deux périodes considérées.

Continuer la lecture de « PAR: Sillages Critiques 31, 2021, « Le spectacle de l’histoire récente et immédiate sur la scène britannique de l’époque moderne et contemporaine » »

Nouveau Thème, Sem Modernités 16-18: “Usages de l’arbre à la première modernité” (“Uses of the tree in the early modern period) (2022-23)

Alexander Cozens, The shape, skeleton and foliage of 32 species of Trees, &c, 1786, p. 11 (https://doi.org/10.5962/bhl.title.101521)
Le thème retenu pour le séminaire commun “Modernités 16-18” à compter de septembre 2021 est “Usages de l’arbre dans l’Angleterre de la première modernité”. Le programme des séances du séminaire et des événements scientifiques associés sera prochainement communiqué sur notre site. ———- Texte de cadrage et appel à communications pour la journée d’étude du 23 juin 2022:

Thème : Usages de l’arbre à la première modernité (Early-modern uses and appropriations of the tree), 2022-2023

Dans une récente monographie consacrée à l’arbre de vie et à l’esthétique sylvestre dans la littérature anglaise de la première modernité, Victoria Bladen souligne l’hybridité essentielle des usages littéraires et symboliques de l’arbre : “[Early modern] writers drew on the motif and its rich language of trees to articulate spiritual and political states and to create hybrid terrains in their work that intersected material spaces with landscapes of the mind.”[1] C’est à cette intersection que nous proposons de réfléchir dans le cadre du séminaire Modernités 16-18 (https://earlymodern.hypotheses.org/) et des événements associés. L’arbre, tout autant que la matière qu’il produit, le bois, sont toujours déjà investis d’un substrat symbolique dont les ramifications et les racines sont nombreuses. À cet égard, l’opposition entre l’arbre et le bois est loin de se réduire à une opposition entre animé et inanimé : en effet, ne parle-t-on pas de bois mort ou vivant ? Si l’arbre puise encore très largement à un arrière-plan et un héritage biblique et théologique, mythologique et folklorique, philosophique et littéraire multiséculaire, la période voit toutefois de profonds changements s’opérer dans la perception, la compréhension, l’utilisation symbolique et matérielle et, au final, l’exploitation des arbres. Outre les mutations socio-culturelles et économiques qui caractérisent la période (transformation des paysages, enclosures, réquisitions, destructions des parcs aristocratiques et des réserves de chasse, rationalisation dans l’exploitation des forêts), les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles correspondent également à un changement plus vaste des sensibilités vis-à-vis de la nature et du végétal. Ces glissements s’expriment dans le renouveau du questionnement autour de la place de l’homme dans la nature et dans la Création – on songe ici par exemple au tournant cartésien et ses échos outre-Manche –, en même temps que dans le développement de l’expérimentalisme et l’observation scientifique. La période voit ainsi l’essor de de la science botanique et les progrès de la classification des arbres, avec tous les bouleversements induits par l’entreprise coloniale (découverte, exploitation et importation d’espèces). L’arbre demeure également une métaphore et un outil épistémologiques, tout en acquérant des usages et sens nouveaux : on songe ici par exemple au ramisme, aux arborescences qui précèdent de nombreux traités, aux évolutions de la généalogie, aux évolutions du modèle de l’arbre dans la pensée politique ou bien encore à la « sylva » comme genre discursif. La journée d’étude du 23 juin 2022 tentera plus spécifiquement de cerner sur ce que l’on peut identifier comme une révolution du regard sur l’arbre et le bois à la première modernité (XVIe-XVIIIe siècles), pour mettre en évidence la manière dont, à partir d’apparents invariants dans les héritages symboliques, l’arbre se transforme dans les productions culturelles, pour se voir progressivement approprié dans sa singularité – l’arbre et non plus la forêt – et investi de nouveaux sens, plus polysémiques et ouverts sur les problématiques de la modernité. À partir des questions de l’arbre, on se propose de penser en particulier les mutations épistémologiques et esthétiques qui engagent les rapports de l’humain et de la nature (avec l’émergence d’une conscience pré-écologique, mais aussi pré-romantique) et ceux de l’humain et de la matière, à travers les productions artistiques et artisanales.
[1] Victoria Bladen, The Tree of Life and Arboreal Aesthetics in Early Modern Literature, New York and Abingdon, Oxon: Routledge, 2022.

COLL: 18-19 nov. 2021: “Les Règles du jeu à la période moderne / The Rules of the Game in the Early Modern Period”, Sorbonne Université

“Les Règles du jeu à la période moderne / The Rules of the Game in the Early Modern Period”

19 novembre 2021 : Institut d’Etudes Avancées, 17 quai d’Anjou, 75004.

18 novembre 2021 : Maison de la recherche, Sorbonne Université, 28 rue Serpente, 75006.

Programme scientifique

Jeudi 18 novembre 2021

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Conférence plénière

Elisabeth Belmas (Université Paris 13) : “Réflexions sur l’histoire des jeux à l’époque moderne”

10h20 : Atelier I : Les règles de l’art

10h20 :

Abigail Shinn (Goldmiths, Royaume-Uni) : “Spenser’s games”

Jeanne Mathieu (Toulouse II Jean Jaurès) : “La dispute religieuse au théâtre : Du jeu de rôle au jeu drôle dans The Conflict of Conscience de Nathaniel Woodes et A Game at Chess de Thomas Middleton”

11h30 : pause café

11h50 : Caroline Baird (Independent Scholar) : “Stakes and Hazards: The dangers of the Rules of the Game in The Wise Woman of Hogsdon and A Woman Killed with Kindness

Karin Kukkonen (University of Oslo) : “Rule-Based Creativity in Salon Games, Poetics and the Novel”

13h00 : déjeuner

14h00 : Atelier II : Du bon usage des règles
14h00 : Emmanuel Buron (Sorbonne Nouvelle) : « Jouer son personnage » : Jeu théâtral et identité sociale en France au XVIe siècle.

Bénédicte Louvat (Sorbonne Université) : “Des règles pour jouer dans le théâtre français du XVIIe siècle”

15h10 : pause café

15h30 : Guillaume Winter (Université d’Artois) : “‘Men are born to be dice-players’ : sociologie du jeu de dés à l’époque élisabéthaine”

Emma Bartel (Sorbonne Université) et Louise Fang (Sorbonne Paris Nord) : “Playing or Praying by the Book: Unruly Rules of Devotion in Mary Evelyn’s Manuscripts (1665-1685)”

Vendredi 19 novembre

9h15 : Conférence plénière

Richard Scholar (Université de Durham, Royaume-Uni): “Caprice between Rules and Diversions”

10h20 : Atelier III : Déjouer les règles

10h20 : Pascale Drouet (Université de Poitiers) : “Les ‘règles’ du jeu d’Autolycus :  kairós, mètis et mimicry dans The Winter’s Tale

Judith le Blanc (Centre de musique baroque de Versailles/Université de Rouen) : “Jouer à déjouer les règles : les jeux forains ou l’invention ludique”

11h30: pause café

11h50 : Gemma Tidman (Oxford University, Royaume-Uni) : “Cache-cache: ce que laissent entendre les règles de quelques jeux de l’oie du 18e siècle”

Valérie Capdeville (Université Sorbonne Paris Nord) : “The Betting Book in Eighteenth-Century Britain: Defining or Defying the Rules of Sociability”

13h00 : Déjeuner

14h00 : Atelier IV : S’affranchir des règles

14h : Emma Griffin (University of East Anglia, Royaume-Uni) : “The Place of Violence and Sport in the Long Eighteenth Century, 1700-1850”

Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8) : “Tricher au jeu”

15h10 : Pause café

15h30 :

Pierre Labrune (Sorbonne Université) : “A Royal Set-To: boxe, jargon et politique sous la Régence”

Daniel O’Quinn (Université de Guelph, Canada) : “Eighteenth-Century Sport and the Question of Precarious Affiliation”

16h40 : fin des travaux et conclusions.

SEM 14/06/21: Pierre Lurbe, “‘The game of human life’: jeu(x) et enjeu(x) chez Adam Ferguson”, 14h, Zoom

La prochaine séance du séminaire Modernités 16-18 de l’équipe VALE aura lieu à distance le lundi 14 juin à 14h, avec:

Pierre Lurbe (Sorbonne Université): “‘The game of human life’: jeu(x) et enjeu(x) chez Adam Ferguson” (séminaire par zoom)

Au plaisir de vous y retrouver, 
Bien cordialement, 
Alexis Tadié et Line Cottegnies

Heure : 14 juin 2021 02:00 PM Paris

Participer à la réunion Zoom

https://us02web.zoom.us/j/83063404987?pwd=VkVMS3JhNjVaZDZ0dmVsUmNtY3padz09

ID de réunion : 830 6340 4987

Code secret : 152478

CFP: Colloque, 8-9/04/2022: “Le corps du roi en scène : le théâtre de la monarchie dans l’Europe de la 1ère modernité”, Sorbonne Univ. / Rennes 2

Sorbonne Université (UR VALE et Projet ClioS : L’Histoire immédiate en scène) et Université de Rennes 2  (Cellam EA 3206)

Colloque à Sorbonne Université, Maison de la Recherche, 5 rue Serpente, 75006 Paris 

Evénement soutenu par le PRITEPS et par l’Initiative Théâtre

 8-9 avril 2022

Aux XVIe et XVIIe siècles, de nombreuses pièces de théâtre qui mettent en scène l’histoire moderne s’attachent à la représentation des monarques. Que ces derniers apparaissent en majesté ou en situation de crise – qu’ils soient confrontés à la guerre, une transition dynastique et même au régicide – leur mise en scène engage des questions de valeur et de représentation. 

Nous proposons d’interroger les modalités de mise en scène du monarque et du régime monarchique en focalisant l’étude sur le corps du roi et ses attributs. Les diverses modalités de ses représentations, sa visibilité ou son invisibilité, sa représentation incarnée et contingente ou transcendante et sacralisante, les relais qu’il peut trouver dans des objets ou accessoires fonctionnant comme des ancrages matériels voire des emblèmes, sont autant d’entrées possibles pour cette enquête. 

À travers cette analyse des corps royaux, nous souhaiterions que soient envisagées les manières dont le théâtre se saisit des conceptions contemporaines de la monarchie et notamment de la sacralité postulée par les doctrines théologico-politiques qui se cristallisent, ainsi que l’a montré Ernst Kantorowicz (The King’s Two Bodies,1957), dans la double nature du corps royal. Les œuvres tendent-elles à illustrer la sacralité du corps royal, et dans ce cas selon quelles modalités ? Révèlent-elles à l’inverse des tensions autour de cette conception, en montrent-elles même la désagrégation ? Comment la représentation scénique incarnée traduit-elle ces valeurs engagées par le corps royal ? Comment se donnent à voir la transcendance, son absence ou sa déliquescence ?

Continuer la lecture de « CFP: Colloque, 8-9/04/2022: “Le corps du roi en scène : le théâtre de la monarchie dans l’Europe de la 1ère modernité”, Sorbonne Univ. / Rennes 2 »

SEM 31/05/2021, 14h: Sophie Vasset, “Hasard, Pharaon, Quadrille et Lansquenet: enjeux politiques des jeux dans les villes d’eaux au XVIIIe siècle”, 31/05, 14h

Chères et chers collègues,
La prochaine séance du séminaire Modernités 16-18 de l’équipe VALE aura lieu à distance le lundi 31 mai à 14h:
Sophie Vasset (Université de Paris): “Hasard, Pharaon, Quadrille et Lansquenet: enjeux politiques des jeux dans les villes d’eaux au XVIIIe siècle”

Pour obtenir le lien zoom, merci de contacter L. Cottegnies (line.cottegnies@sorbonne-universite.fr)

 

CFP: Coll. international, 18-19/11/2021: “Les règles du jeu à la première modernité / The Rules of the Game in the Early Modern Period”, Sorbonne Université

Nous avons le plaisir de vous communiquer ci-dessous, un appel à communications pour un colloque qui se tiendra les 18 et 19 novembre 2021 sur le thème « Les règles du jeu à la période moderne / The Rules of the Game in the Early Modern Period ».

Il s’agit de la conclusion du programme de l’Axe Modernités 16-18 initié il y a plus de deux ans, et qui portait sur le jeu à l’époque de la première modernité.

Nous vous en souhaitons bonne réception, et espérons que vous pourrez participer à ce colloque, d’une façon ou d’une autre, cet automne.

Bien cordialement,

Clara Manco, Alexis Tadié et Line Cottegnies

Scroll down for the English version.

« Les règles du jeu à la période moderne / The Rules of the Game in the Early Modern Period« 

18-19 novembre 2021

Maison de la recherche, Sorbonne Université (salle à préciser)

Colloque organisé par l’unité de recherche VALE (Sorbonne Université) avec le concours du GIS Sociabilités

Organisateurs : Clara Manco, Alexis Tadié, Line Cottegnies.

Comité scientifique : Elisabeth Belmas, Valérie Capdeville, Véronique Gély, Stéphane Jettot, Christophe Martin.

————————

Conférences plénières : Elisabeth Belmas (Université Paris 13) ; Richard Scholar (Durham University)

« Tout jeu a ses règles. Elles déterminent ce qui aura force de loi dans le cadre du monde temporaire tracé par le jeu. » Ces mots du grand théoricien du jeu Johan Huizinga résument les enjeux de cette forme d’activité humaine si particulière et si universelle. Fondé sur des règles, donc sur des principes qui le définissent, le jeu ne se conçoit pas en dehors de celles-ci. Le joueur qui ne s’y conforme pas brise le monde du jeu. Car c’est bien un monde que définissent ces règles, qu’il s’agisse des mondes imaginaires des enfants qui jouent à la poupée ou des adultes qui jouent à des jeux de rôle. Ce monde est délimité dans le temps comme dans l’espace, un monde « temporaire » pour reprendre l’expression de Huizinga. Les règles du jeu sont à la fois impératives et librement acceptées, et c’est dans cette tension, selon Huizinga, que réside la nature du jeu. Et si l’auteur de Homo Ludens propose dans les deux derniers chapitres de son ouvrage classique une réflexion historique, celle-ci reste nécessairement embryonnaire : il relève par exemple à la Renaissance et dans l’humanisme un esprit ludique indéniable, et dans la culture baroque un degré ludique de l’inspiration créatrice.

A partir de la notion de règle(s), ce colloque se propose de réfléchir à l’esprit ludique de la première modernité : il s’agit à la fois de comprendre la place du jeu dans les cultures de l’époque, peut-être aussi de réfléchir au postulat de Huizinga qui est que le jeu est au fondement de la culture. On s’intéressera avant tout aux îles britanniques mais on pourra élargir la comparaison aux autres pays européens. La période considérée est volontairement large (1600-1800) afin de faire surgir la variété des pratiques ludiques, mais aussi de réfléchir à l’unité éventuelle d’une époque souvent définie par des périodisations arbitraires.

Ce colloque s’intéressera autant au texte qu’aux pratiques ludiques, autant aux manuels de jeux qu’aux représentations culturelles (littérature, de Shakespeare à la poésie romantique, arts visuels, culture matérielle). Il essaiera d’ouvrir le débat dans des directions à la fois théoriques et pratiques, en les ancrant dans des contextes historiques précis. Il n’exclura aucune forme de jeu, qu’il s’agisse de jeux d’enfants, de jeux d’argent, de jeux de mots, de jeux en/de société, et il s’autorisera à étendre le concept de jeu aux pratiques physiques et sportives. La matérialité des jeux pourra être examinée, les approches pratiques des jeux seront analysées.

Le colloque pourra étendre l’étude des jeux à leurs rapports avec les identités sociales, en mettant en avant les tensions entre différentes conceptions du statut social : l’une fondée sur un ordre naturel, qui attribue à chacun une place dans la chaîne des êtres ou décidée par les usages, les privilèges, et une autre acquise par la prise de risque, l’audace et la transgression. Au travers des imprimés destinés à enseigner les règles du jeu social (règles de préséance, formules de politesse, lieux de sociabilité, etc.), on pourra par exemple évaluer ces tensions entre distinction sociale et perversion des règles du jeu social (jeux sur les identités, comportements décalés, etc.).

En envisageant le jeu et les jeux sous l’angle de leurs règles, le colloque se proposera de réfléchir aux contacts avec leur dimension esthétique, morale, philosophique, sociale, ou encore juridique.

On ne cherchera pas ici à limiter l’étendue des pratiques ludiques, mais à suggérer des angles d’approche d’une réflexion sur les règles du et des jeux, qui pourraient inclure :

–       Droit, règles et jeu.

–       Règles du jeu et (règles de la) fiction.

–       Les règles du jeu dans la littérature et leurs représentations.

–       Les règles du jeu du théâtre et au théâtre.

–       La littérature comme jeu.

–       Histoire des règles et des jeux.

–       Traités de jeu.

–       Jeux, règles, et identités sociales.

–       Textes et manuels de règles du jeu social.

–       Dangers du jeu (pour l’ordre social).

–       Jeux, règles et savoirs.

–       Philosophie des jeux.

–       Règles, jeux, et représentations visuelles.

–       De la règle à la forme matérielle des jeux.

–       Les règles des lieux et de la sociabilité des jeux (salons, tripots, estaminets, etc.).

–       Diversité des pratiques ludiques (loisirs, affrontements, compétitions).

–       Règles et pratiques déviantes (tricherie, corruption, etc.).

–       Dangers du jeu.

Ce colloque vient conclure un séminaire régulier consacré au jeu à l’époque de la première modernité, et qui a vu également une journée d’étude sur les formes de jeux d’argent (gambling) ainsi que sur le mensonge, la tricherie et autres artifices (cheating) qu’ils suscitent. Il donnera lieu à une publication.

Les langues du colloque sont l’anglais et le français. Les communications seront d’une durée de 30 minutes.

Les propositions de communication (environ 150 mots), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, pourront être envoyées à Line Cottegnies (line.cottegnies@sorbonne-universite.fr) et Alexis Tadié (alexis.tadie@sorbonne-universite.fr) avant le 30 juin 2021. La réponse sera donnée au cours de la première semaine de juillet.

———-

English version:

International conference

“The Rules of the Game in the Early Modern Period”

18th-19th November 2021

Maison de la recherche, Sorbonne Université

Conference organised by the VALE research centre (Sorbonne Université) in collaboration with the GIS Sociabilités

Organisers: Line Cottegnies, Clara Manco, Alexis Tadié.

Scientific Committee: Elisabeth Belmas, Valérie Capdeville, Véronique Gély, Stéphane Jettot, Christophe Martin.

————————

Plenary speakers : Elisabeth Belmas (Université Paris 13) ; Richard Scholar (Durham University)

            « All play has its rules. They determine what ‘holds’ in the temporary world circumscribed by play ». These words, written by the distinguished game theorist Johan Huizinga, encapsulate the principles which govern this specific yet universal human activity. Games cannot exist outside the framework of the rules and the principles underlying them. The player who trespasses against the rules breaks the world of the game, abolishes its very possibility. These rules define, literally, a world, be it the imaginary worlds of children playing with dolls or those of adults engaged in role-play. This world is circumscribed in time and space, it is a « temporary » world, to borrow the term from Huizinga. In the last two chapters of his classic work, the author of Humo Ludens offers a historical perspective. He marks for instance the presence of an undeniably playful spirit in Renaissance and humanism, and identifies in baroque culture a particular playfulness in inspiration and creation. This historical anaysis, however, remains incomplete.

            Taking the notion of rule(s) as a starting point, this conference will offer an analysis of playfulness and of the spirit of games in the early modern period. Its goal is to understand the place of games in the cultures of the time, possibly even to challenge Huizinga’s postulate that games constitute the very foundation of culture. The conference will focus mostly on the British Isles, while welcoming comparisons with other European countries. The period under scrutiny is necessarily broad (1600-1800) in order to allow for an analysis of the variety of practices and expressions of games and play, but also to test whether the period, often defined through arbitrary temporal limits, does in fact have an internal, organic unity.

            This conference will focus on texts and ludic practices, game manuals and cultural representations, which might range from literature (from Shakespeare to the romantic period) to the visual arts or to material culture. Theory and practice will both be discussed and contextualised historically. No type of games will be excluded: children’s games, gambling, punning and word games, board games, social games, and even physical activities and sports. The materiality of games will also be examined, as will the practical approaches to games.

            The conference will investigate the relationships between games and social identities, thus illuminating the tensions between different conceptions of social status: on the one hand, a conception based on the idea of a natural order, where each individual’s status is either determined by its natural place in the chain of beings or decided through practice, usage and privileges, or, on the other hand, a conception where status might be acquired through risk-taking, audacity and transgression. Documents articulating the rules of the social game (order of precedence, politeness, appropriate uses of sociable spaces, etc.) may also help assess the tensions between social distinction and the breaking of social rules (in the context of games on identity, unexpected behaviours, etc).

            In focusing on rules, the conference will illuminate the aesthetic, moral, philosophical, social and legal dimensions of games.

            The aim of the conference will not be to define limits to the practice of games and play, but to suggest approaches to the question of the rules of the game(s), which might include:

            – Games, rules and the law.

            – The rules of games and (the rules of) fiction.

            – The rules of games and their representations in literature.

            – The rules of games and theatre.

            – Literature as a game.

            – Historical approaches to rules and games.

            – Treatises on games.

            – Games, rules and social identities.

            – Texts spelling out the rules of the social game, conduct books.

            – Games and gambling as dangers or threats (to the social order).

            – Games, rules and knowledge.

            – The philosophy of games.

            – Games, rules and their visual representations.

            – Connections between rules and the material form of games.

– Rules governing the places and the sociability of games and gambling (salons, tripots and gaming-houses, coffee-houses, etc).

            – The diversity of ludic practices (leisure, competitions).

            – The rules of the game and devious practices (cheating, corruption, etc).

            – The dangers of play, games and gambling.

This conference is the final event of a research programme organised around a regular seminar on games in the early modern period. A selection of papers will be published.

The languages of the conference will be both French and English.

Please send a 150-word proposal for a 30-minute paper and a short bio to Line Cottegnies (line.cottegnies@sorbonne-universite.fr) and Alexis Tadié (alexis.tadie@sorbonne-universite.fr) by 30 June 2021. Acceptance will be notified in early July.

Selected bibliography:

Andrew, Donna T. Aristocratic Vice. The Attack on Dueilling, Suicide, Adultery, and Gambling in Eighteenth-Century England. New Haven, Yale UP, 2013.
Arcangeli, Alessandro. Recreation in the Renaissance: Attitudes toward Leisure and Pastimes in European Culture. New York, Palgrave Macmillan, 2003.
Baird, Caroline. Games and Gaming in Early Modern Drama. Stakes and Hazard. New York, Palgrave Macmillan, 2020.
Baker, William J. Of Gods and Games: Religious Faith and Modern Sports. Athens, University of Georgia Press, 2016.
Belmas, Elisabeth. Jouer autrefois : essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle). Paris, Champ Vallon, 2006.
Bloom, Gina. Gaming the Stage. Playable Media and the Rise of Commercial Theater. Ann Arbor: University of Michigan Press, 2018.
Caillois, Roger. Les Jeux et les Hommes : Le Masque et Le Vertige. Collection Folio/Essais. Ed. rev. et augmentée. Paris: Gallimard, 1991.
Dunkley, John. Gambling. A Social and Moral Problem in France, 1685-1792. Oxford: The Voltaire Foundation, Oxford University Studies in the Enlightenment, 235.

Ehrmann, Jacques (ed.). “Game, Play, Literature,” special issue, Yale French Studies 41 (1968).
Griffin, Emma. England’s Revelry: a History of Popular Sports and Pastimes, 1660-1830. Oxford, Oxford University Press, 2005.
Huizinga, Johan. Homo Ludens: A Study of the Play-Element in Culture. London: Routledge & Kegan Paul, 1949.

Kopp, Vanina and Elizabeth Lapina (eds). Games and Visual Culture in the Middle Ages and the Renaissance. Turnhout, Belgium: Brepols Publishers, 2020.

Levy, Alison, ed. Playthings in Early Modernity. Party Games, Word Games, Mind Games, Kalamazoo, Medieval Institute Publications, 2017.
Mallinckrodt, Rebekka von and Angela Schattner (eds.). Sports and Physical Exercise in Early Modern Culture: New Perspectives on the History of Sports and Motion. London, Routledge, 2016.
McClelland, J. and B. Merrilees. Sport and Culture in Early Modern Europe. Toronto, Toronto UP, 2010.
Netchine, Ève (dir.), Jeux de princes, jeux de vilains. Exposition, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal (2009), Paris, Seuil/BnF, 2009. See also the exhibition website: http://expositions.bnf.fr/jeux
O’Bryan, Robin (ed.). Games and Game Playing in European Art and Literature, 16th–17th Centuries. Amsterdam : Amsterdam University Press, 2019.

O’Quinn, Daniel and Alexis Tadié, ed. Sporting Cultures: 1650-1850. Toronto: Toronto University Press, 2017.
Reith, Gerda. The Age of Chance: Gambling in Western Culture. London, Routledge, 1999.
Richard, Jessica. The Romance of Gambling in the Eighteenth-Century British Novel. London and New York, Palgrave, 2011.
Semenza, Gregory M. Colón. Sport, Politics and Literature in the English Renaissance. Newark, Delaware: University of Delaware Press, 2003.
Seville, A. The Royal Game of the Goose. 400 Years of Printed Board Games, Exhibition Catalogue. New York: The Grolier Club, 2016.
Strugnell, Anthony.French social history; Games in the eighteenth century; Happiness in Duclos and Rousseau. Oxford: The Voltaire Foundation, Oxford University Studies in the Enlightenment, 2000:08.

Thirouin, Laurent. Le hasard et les règles. Le modèle du jeu dans les Pensées de Pascal. Paris, Vrin, 1991.
Tucker, Herbert F (ed.). “Play.” Special issue. New Literary History Volume 40, Number 1 (Winter 2009).
Zucker, Adam. “The Social Stakes of Gambling in Early Modern London”. In Masculinity and the Metropolis of Vice, 1550-1650. Ed. A. Bailey and R. Hentschell. London, Palgrave, 2010. 67-86.

SEM 22/03/2021: M. Amfreville, “Les jeux du sens: spectres d’identité dans “Hamlet””, Zoom

Chères toutes, chers tous, La prochaine séance du Séminaire de l’Axe Modernités 16 – 18 sur le Jeu se déroulera le lundi 22 mars prochain, de 14 h 00 à 15 h 30, par Zoom. Nous aurons le très grand plaisir d’entendre une intervention de Mac Amfreville intitulée “Les jeux du sens: Spectres d’identité dans Hamlet ».Le lien zoom est le suivant: 


Participer à la réunion Zoom

https://us02web.zoom.us/j/81506301413?pwd=M1A0MEwvVFUwZFRNWU9UVWtkaUVKZz09

ID de réunion : 815 0630 1413

Code secret : 247311


Vous y êtes toutes et tous bienvenu-e-s.

Bien cordialement, Line Cottegnies et Alexis Tadié