CFP: Coll. international, 18-19/11/2021: « Les règles du jeu à la première modernité / The Rules of the Game in the Early Modern Period », Sorbonne Université

Nous avons le plaisir de vous communiquer ci-dessous, un appel à communications pour un colloque qui se tiendra les 18 et 19 novembre 2021 sur le thème « Les règles du jeu à la période moderne / The Rules of the Game in the Early Modern Period ».

Il s’agit de la conclusion du programme de l’Axe Modernités 16-18 initié il y a plus de deux ans, et qui portait sur le jeu à l’époque de la première modernité.

Nous vous en souhaitons bonne réception, et espérons que vous pourrez participer à ce colloque, d’une façon ou d’une autre, cet automne.

Bien cordialement,

Clara Manco, Alexis Tadié et Line Cottegnies

Scroll down for the English version.

« Les règles du jeu à la période moderne / The Rules of the Game in the Early Modern Period« 

18-19 novembre 2021

Maison de la recherche, Sorbonne Université (salle à préciser)

Colloque organisé par l’unité de recherche VALE (Sorbonne Université) avec le concours du GIS Sociabilités

Organisateurs : Clara Manco, Alexis Tadié, Line Cottegnies.

Comité scientifique : Elisabeth Belmas, Valérie Capdeville, Véronique Gély, Stéphane Jettot, Christophe Martin.

————————

Conférences plénières : Elisabeth Belmas (Université Paris 13) ; Richard Scholar (Durham University)

« Tout jeu a ses règles. Elles déterminent ce qui aura force de loi dans le cadre du monde temporaire tracé par le jeu. » Ces mots du grand théoricien du jeu Johan Huizinga résument les enjeux de cette forme d’activité humaine si particulière et si universelle. Fondé sur des règles, donc sur des principes qui le définissent, le jeu ne se conçoit pas en dehors de celles-ci. Le joueur qui ne s’y conforme pas brise le monde du jeu. Car c’est bien un monde que définissent ces règles, qu’il s’agisse des mondes imaginaires des enfants qui jouent à la poupée ou des adultes qui jouent à des jeux de rôle. Ce monde est délimité dans le temps comme dans l’espace, un monde « temporaire » pour reprendre l’expression de Huizinga. Les règles du jeu sont à la fois impératives et librement acceptées, et c’est dans cette tension, selon Huizinga, que réside la nature du jeu. Et si l’auteur de Homo Ludens propose dans les deux derniers chapitres de son ouvrage classique une réflexion historique, celle-ci reste nécessairement embryonnaire : il relève par exemple à la Renaissance et dans l’humanisme un esprit ludique indéniable, et dans la culture baroque un degré ludique de l’inspiration créatrice.

A partir de la notion de règle(s), ce colloque se propose de réfléchir à l’esprit ludique de la première modernité : il s’agit à la fois de comprendre la place du jeu dans les cultures de l’époque, peut-être aussi de réfléchir au postulat de Huizinga qui est que le jeu est au fondement de la culture. On s’intéressera avant tout aux îles britanniques mais on pourra élargir la comparaison aux autres pays européens. La période considérée est volontairement large (1600-1800) afin de faire surgir la variété des pratiques ludiques, mais aussi de réfléchir à l’unité éventuelle d’une époque souvent définie par des périodisations arbitraires.

Ce colloque s’intéressera autant au texte qu’aux pratiques ludiques, autant aux manuels de jeux qu’aux représentations culturelles (littérature, de Shakespeare à la poésie romantique, arts visuels, culture matérielle). Il essaiera d’ouvrir le débat dans des directions à la fois théoriques et pratiques, en les ancrant dans des contextes historiques précis. Il n’exclura aucune forme de jeu, qu’il s’agisse de jeux d’enfants, de jeux d’argent, de jeux de mots, de jeux en/de société, et il s’autorisera à étendre le concept de jeu aux pratiques physiques et sportives. La matérialité des jeux pourra être examinée, les approches pratiques des jeux seront analysées.

Le colloque pourra étendre l’étude des jeux à leurs rapports avec les identités sociales, en mettant en avant les tensions entre différentes conceptions du statut social : l’une fondée sur un ordre naturel, qui attribue à chacun une place dans la chaîne des êtres ou décidée par les usages, les privilèges, et une autre acquise par la prise de risque, l’audace et la transgression. Au travers des imprimés destinés à enseigner les règles du jeu social (règles de préséance, formules de politesse, lieux de sociabilité, etc.), on pourra par exemple évaluer ces tensions entre distinction sociale et perversion des règles du jeu social (jeux sur les identités, comportements décalés, etc.).

En envisageant le jeu et les jeux sous l’angle de leurs règles, le colloque se proposera de réfléchir aux contacts avec leur dimension esthétique, morale, philosophique, sociale, ou encore juridique.

On ne cherchera pas ici à limiter l’étendue des pratiques ludiques, mais à suggérer des angles d’approche d’une réflexion sur les règles du et des jeux, qui pourraient inclure :

–       Droit, règles et jeu.

–       Règles du jeu et (règles de la) fiction.

–       Les règles du jeu dans la littérature et leurs représentations.

–       Les règles du jeu du théâtre et au théâtre.

–       La littérature comme jeu.

–       Histoire des règles et des jeux.

–       Traités de jeu.

–       Jeux, règles, et identités sociales.

–       Textes et manuels de règles du jeu social.

–       Dangers du jeu (pour l’ordre social).

–       Jeux, règles et savoirs.

–       Philosophie des jeux.

–       Règles, jeux, et représentations visuelles.

–       De la règle à la forme matérielle des jeux.

–       Les règles des lieux et de la sociabilité des jeux (salons, tripots, estaminets, etc.).

–       Diversité des pratiques ludiques (loisirs, affrontements, compétitions).

–       Règles et pratiques déviantes (tricherie, corruption, etc.).

–       Dangers du jeu.

Ce colloque vient conclure un séminaire régulier consacré au jeu à l’époque de la première modernité, et qui a vu également une journée d’étude sur les formes de jeux d’argent (gambling) ainsi que sur le mensonge, la tricherie et autres artifices (cheating) qu’ils suscitent. Il donnera lieu à une publication.

Les langues du colloque sont l’anglais et le français. Les communications seront d’une durée de 30 minutes.

Les propositions de communication (environ 150 mots), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, pourront être envoyées à Line Cottegnies (line.cottegnies@sorbonne-universite.fr) et Alexis Tadié (alexis.tadie@sorbonne-universite.fr) avant le 30 juin 2021. La réponse sera donnée au cours de la première semaine de juillet.

———-

English version:

International conference

« The Rules of the Game in the Early Modern Period »

18th-19th November 2021

Maison de la recherche, Sorbonne Université

Conference organised by the VALE research centre (Sorbonne Université) in collaboration with the GIS Sociabilités

Organisers: Line Cottegnies, Clara Manco, Alexis Tadié.

Scientific Committee: Elisabeth Belmas, Valérie Capdeville, Véronique Gély, Stéphane Jettot, Christophe Martin.

————————

Plenary speakers : Elisabeth Belmas (Université Paris 13) ; Richard Scholar (Durham University)

            « All play has its rules. They determine what ‘holds’ in the temporary world circumscribed by play ». These words, written by the distinguished game theorist Johan Huizinga, encapsulate the principles which govern this specific yet universal human activity. Games cannot exist outside the framework of the rules and the principles underlying them. The player who trespasses against the rules breaks the world of the game, abolishes its very possibility. These rules define, literally, a world, be it the imaginary worlds of children playing with dolls or those of adults engaged in role-play. This world is circumscribed in time and space, it is a « temporary » world, to borrow the term from Huizinga. In the last two chapters of his classic work, the author of Humo Ludens offers a historical perspective. He marks for instance the presence of an undeniably playful spirit in Renaissance and humanism, and identifies in baroque culture a particular playfulness in inspiration and creation. This historical anaysis, however, remains incomplete.

            Taking the notion of rule(s) as a starting point, this conference will offer an analysis of playfulness and of the spirit of games in the early modern period. Its goal is to understand the place of games in the cultures of the time, possibly even to challenge Huizinga’s postulate that games constitute the very foundation of culture. The conference will focus mostly on the British Isles, while welcoming comparisons with other European countries. The period under scrutiny is necessarily broad (1600-1800) in order to allow for an analysis of the variety of practices and expressions of games and play, but also to test whether the period, often defined through arbitrary temporal limits, does in fact have an internal, organic unity.

            This conference will focus on texts and ludic practices, game manuals and cultural representations, which might range from literature (from Shakespeare to the romantic period) to the visual arts or to material culture. Theory and practice will both be discussed and contextualised historically. No type of games will be excluded: children’s games, gambling, punning and word games, board games, social games, and even physical activities and sports. The materiality of games will also be examined, as will the practical approaches to games.

            The conference will investigate the relationships between games and social identities, thus illuminating the tensions between different conceptions of social status: on the one hand, a conception based on the idea of a natural order, where each individual’s status is either determined by its natural place in the chain of beings or decided through practice, usage and privileges, or, on the other hand, a conception where status might be acquired through risk-taking, audacity and transgression. Documents articulating the rules of the social game (order of precedence, politeness, appropriate uses of sociable spaces, etc.) may also help assess the tensions between social distinction and the breaking of social rules (in the context of games on identity, unexpected behaviours, etc).

            In focusing on rules, the conference will illuminate the aesthetic, moral, philosophical, social and legal dimensions of games.

            The aim of the conference will not be to define limits to the practice of games and play, but to suggest approaches to the question of the rules of the game(s), which might include:

            – Games, rules and the law.

            – The rules of games and (the rules of) fiction.

            – The rules of games and their representations in literature.

            – The rules of games and theatre.

            – Literature as a game.

            – Historical approaches to rules and games.

            – Treatises on games.

            – Games, rules and social identities.

            – Texts spelling out the rules of the social game, conduct books.

            – Games and gambling as dangers or threats (to the social order).

            – Games, rules and knowledge.

            – The philosophy of games.

            – Games, rules and their visual representations.

            – Connections between rules and the material form of games.

– Rules governing the places and the sociability of games and gambling (salons, tripots and gaming-houses, coffee-houses, etc).

            – The diversity of ludic practices (leisure, competitions).

            – The rules of the game and devious practices (cheating, corruption, etc).

            – The dangers of play, games and gambling.

This conference is the final event of a research programme organised around a regular seminar on games in the early modern period. A selection of papers will be published.

The languages of the conference will be both French and English.

Please send a 150-word proposal for a 30-minute paper and a short bio to Line Cottegnies (line.cottegnies@sorbonne-universite.fr) and Alexis Tadié (alexis.tadie@sorbonne-universite.fr) by 30 June 2021. Acceptance will be notified in early July.

Selected bibliography:

Andrew, Donna T. Aristocratic Vice. The Attack on Dueilling, Suicide, Adultery, and Gambling in Eighteenth-Century England. New Haven, Yale UP, 2013.
Arcangeli, Alessandro. Recreation in the Renaissance: Attitudes toward Leisure and Pastimes in European Culture. New York, Palgrave Macmillan, 2003.
Baird, Caroline. Games and Gaming in Early Modern Drama. Stakes and Hazard. New York, Palgrave Macmillan, 2020.
Baker, William J. Of Gods and Games: Religious Faith and Modern Sports. Athens, University of Georgia Press, 2016.
Belmas, Elisabeth. Jouer autrefois : essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle). Paris, Champ Vallon, 2006.
Bloom, Gina. Gaming the Stage. Playable Media and the Rise of Commercial Theater. Ann Arbor: University of Michigan Press, 2018.
Caillois, Roger. Les Jeux et les Hommes : Le Masque et Le Vertige. Collection Folio/Essais. Ed. rev. et augmentée. Paris: Gallimard, 1991.
Dunkley, John. Gambling. A Social and Moral Problem in France, 1685-1792. Oxford: The Voltaire Foundation, Oxford University Studies in the Enlightenment, 235.

Ehrmann, Jacques (ed.). “Game, Play, Literature,” special issue, Yale French Studies 41 (1968).
Griffin, Emma. England’s Revelry: a History of Popular Sports and Pastimes, 1660-1830. Oxford, Oxford University Press, 2005.
Huizinga, Johan. Homo Ludens: A Study of the Play-Element in Culture. London: Routledge & Kegan Paul, 1949.

Kopp, Vanina and Elizabeth Lapina (eds). Games and Visual Culture in the Middle Ages and the Renaissance. Turnhout, Belgium: Brepols Publishers, 2020.

Levy, Alison, ed. Playthings in Early Modernity. Party Games, Word Games, Mind Games, Kalamazoo, Medieval Institute Publications, 2017.
Mallinckrodt, Rebekka von and Angela Schattner (eds.). Sports and Physical Exercise in Early Modern Culture: New Perspectives on the History of Sports and Motion. London, Routledge, 2016.
McClelland, J. and B. Merrilees. Sport and Culture in Early Modern Europe. Toronto, Toronto UP, 2010.
Netchine, Ève (dir.), Jeux de princes, jeux de vilains. Exposition, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal (2009), Paris, Seuil/BnF, 2009. See also the exhibition website: http://expositions.bnf.fr/jeux
O’Bryan, Robin (ed.). Games and Game Playing in European Art and Literature, 16th–17th Centuries. Amsterdam : Amsterdam University Press, 2019.

O’Quinn, Daniel and Alexis Tadié, ed. Sporting Cultures: 1650-1850. Toronto: Toronto University Press, 2017.
Reith, Gerda. The Age of Chance: Gambling in Western Culture. London, Routledge, 1999.
Richard, Jessica. The Romance of Gambling in the Eighteenth-Century British Novel. London and New York, Palgrave, 2011.
Semenza, Gregory M. Colón. Sport, Politics and Literature in the English Renaissance. Newark, Delaware: University of Delaware Press, 2003.
Seville, A. The Royal Game of the Goose. 400 Years of Printed Board Games, Exhibition Catalogue. New York: The Grolier Club, 2016.
Strugnell, Anthony.French social history; Games in the eighteenth century; Happiness in Duclos and Rousseau. Oxford: The Voltaire Foundation, Oxford University Studies in the Enlightenment, 2000:08.

Thirouin, Laurent. Le hasard et les règles. Le modèle du jeu dans les Pensées de Pascal. Paris, Vrin, 1991.
Tucker, Herbert F (ed.). “Play.” Special issue. New Literary History Volume 40, Number 1 (Winter 2009).
Zucker, Adam. « The Social Stakes of Gambling in Early Modern London ». In Masculinity and the Metropolis of Vice, 1550-1650. Ed. A. Bailey and R. Hentschell. London, Palgrave, 2010. 67-86.

SEM 22/03/2021: M. Amfreville, « Les jeux du sens: spectres d’identité dans « Hamlet » », Zoom

Chères toutes, chers tous, La prochaine séance du Séminaire de l’Axe Modernités 16 – 18 sur le Jeu se déroulera le lundi 22 mars prochain, de 14 h 00 à 15 h 30, par Zoom. Nous aurons le très grand plaisir d’entendre une intervention de Mac Amfreville intitulée « Les jeux du sens: Spectres d’identité dans Hamlet ».Le lien zoom est le suivant: 


Participer à la réunion Zoom

https://us02web.zoom.us/j/81506301413?pwd=M1A0MEwvVFUwZFRNWU9UVWtkaUVKZz09

ID de réunion : 815 0630 1413

Code secret : 247311


Vous y êtes toutes et tous bienvenu-e-s.

Bien cordialement, Line Cottegnies et Alexis Tadié

SEM Modernités 16-18, 27/01/20, 14 h, L. Meskill et L. Cottegnies, « Literary games in the 17th century in England and France », Maison recherche, salle S002.

27 janvier 2020

14 h 00 – 16 h 00

Lynn S. Meskill (Paris-Diderot) et Line Cottegnies (Sorbonne Université) présenteront une double intervention sur le thème de « Literary games in the seventeenth century in France and England ».

Salle S 002, Maison de la recherche

Journée d’étude: « Cheating and Gambling in the Early Modern Period », 13/09/2019, Maison de la Recherche, Sorbonne

Nous avons le plaisir de vous inviter à une journée d’étude qui se déroulera le 13 septembre 2019, à la Maison de la Recherche de la Faculté des Lettres de la Sorbonne.

Line Cottegnies et Alexis Tadié

Unité de Recherche VALE
Axe Modernités 16-18


PROGRAMME JOURNEE D’ETUDE

13 septembre 2019

“Jeu et tricherie à la période modern” /“Cheating and Gambling in the Early Modern Period”

Maison de la Recherche

28 rue Serpente, 75006 Paris

D 040

8 h 45 : Accueil des participants

9 h 00 – 10 h 00

Thomas Fressin (Université Côte d’Azur), « Tricherie dans les nobles jeux de tir en France à l’époque moderne »

Gilles Bertheau (Université de Tours), « The Revells of Christendome ou le dessous diplomatique des cartes »

10 h 00 – 10 h 15 : Discussion

10 h 15 – 10 h 30 : Pause

10 h 30 – 12 h 00

Louise Fang (Sorbonne Université), « Taking Chances: Gambling and Providence in The Merchant of Venice »

Supriya Chaudhuri (Jadavpur University), « The Game’s the Thing: Politics and Play in Middleton’s A Game at Chess »

Laurence Plazenet (Université Clermont Auvergne) : « Le jeu dans Le Page disgracié de Tristan l’Hermite »

12 h 00 – 12 h 30 : Discussion

12 h 30 – 13 h 30 : déjeuner

13 h 30 – 15 h 00

Beth Cortese (Aarhus University), « Gambling with Women, Estates and Status in Restoration and Eighteenth Century Comedy.»

Clara Manco (Sorbonne Université), « Games and the Margins : Winning Fops and Gambling Women on the Restoration Comic Stage »

Vanessa Alayrac (Université de Lille): « ‘A fine pigeon’, ‘a delicious morceau’ ou ‘Faro lady’ ? Jeu, crédit et constructions du genre dans l’Angleterre de George III »

15 h 00 – 15 h 30 : Discussion

15 h 30 – 15 h 45 : Pause

15 h 45 – 16 h 45 :

Natalia Leclerc (Université de Bretagne Occidentale), « The Gamester d’Edward Moore et Le Joueur de Diderot, un tournant dans l’histoire littéraire du jeu de hasard »

Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8), « Cheating at Cards in Some Smollett Novels »

16 h 45- 17 h 30 : Discussion et conclusions

SEM ShakeS 17/05/2019, Joseph Sterrett, « Institutional Trust: Coriolanus and Commonwealth»

Nous avons le plaisir de vous inviter au prochain séminaire ShakeS (Shakespeare en Sorbonne) qui aura lieu Vendredi 17 mai, salle D 223, Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006).

Nous aurons le plaisir d’entendre Joseph William Sterrett (Aarhus University, Danemark), pour une conférence sur « Institutional Trust: Coriolanus and Commonwealth»

Entrée libre, mais pièce d’identité, carte d’étudiant ou carte professionnelle nécessaire (dans le cas où vous n’auriez pas de carte, merci de vous inscrire au séminaire en répondant à ce mail au moins 4 jours avant l’événement)

Line Cottegnies, Anne-Valérie Dulac et Denis Lagae-Devoldère

Joseph William Sterrett is Associate Professor of English Literature at Aarhus University. He is the author of The Unheard Prayer: Religious Toleration in Shakespeare’s Drama (Brill, 2012) and has recently edited Prayer and Performance in Early Modern English Literature: Gesture, Word and Devotion (Cambridge: Cambridge University Press, 2018). He is currently working on the notion of « ’trust » in early modern literature and drama, an area that, though it received little attention within any formal philosophical framework, was nonetheless of vital concern to the writers and dramatists of the late fifteenth and early sixteenth centuries. He is also the general editor of Scintilla: The Journal of the Vaughan Association.


ShakeS: Shakespeare en Sorbonne
Axe Modernités 16-18
Unité de Recherche VALE
Sorbonne Université


Site EARLY MODERN: https://earlymodern.hypotheses.org/

SEM: ShakeS, 15/03/19, Y. Brailowsky, « Shakespeare’s barbarous multitudes »; L. Fang, « Joueurs et spectateurs dans « The Tempest » », Sorbonne, 17 h 30

Nous avons le plaisir de vous inviter au prochain séminaire ShakeS (Shakespeare en Sorbonne) qui aura lieu :

Vendredi 15 mars, salle D 040, Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006): Séance « Work in Progress »: 


– Yan Brailowsky (Université Paris Nanterre), « ‘Crowds of idolaters’ and Shakespeare’s barbarous multitudes ».
– Louise Fang (Sorbonne Université / Université du Maine), « Joueurs et spectateurs: relire la scène de la partie d’échecs dans The Tempest ».
(discutants: Denis Lagae-Devoldère et Line Cottegnies)

Entrée libre, mais pièce d’identité et carte de la bibliothèque nécessaires (dans le cas où vous n’auriez pas de carte, merci de vous inscrire au séminaire en répondant à ce mail au moins 4 jours avant l’événement)

Sém EARLY MODERN: 18 fév, Elisabeth Belmas, « Méthodes et perspectives de recherche en histoire du/des jeu/x », Maison Recherche, D421

Prochain séminaire EARLY MODERN:

Lundi 18 février 2019,  14 h 00 – 16 h 00, Salle 421,

Maison de la Recherche de la Faculté des Lettres, Sorbonne Université, 28 rue Serpente, 75006 Paris.

Nous aurons le plaisir de recevoir Elisabeth BELMAS (Université Paris XIII) pour une conférence intitulée:

« Méthodes et perspectives de recherche en histoire du/des jeu/x ».

Entrée libre

Attention: Une carte professionnelle ou carte d’étudiant sera exigée à l’entrée. En l’absence de ce document, il est préférable de s’inscrire auprès de Line Cottegnies (line.cottegnies@sorbonne-universite.fr)

Elisabeth Belmas est historienne, professeur émérite à l’Université Paris XIII. Elle travaille d’une part sur l’histoire du jeu dans la société française et en Europe du XVIe au XIXe siècle et d’autre part sur l’histoire de la santé, des maladies et des politiques de santé dans la France moderne. Elle est l’auteur de l’étude désormais classique: E. Belmas, Jouer autrefois. Essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle) (2006), ainsi que de nombreux articles et chapitres sur le jeu. Ses études les plus récentes sur le sujet sont: « Les échanges ludiques entre la France et l’Espagne, XVIe-XVIIe  siècles », in Eric Roulet (dir.), Conquistadors, négriers, inquisiteurs. Trois figures majeures du monde colonial américain XVIe-XVIIIe siècles,. Hommages à Bernard Grunberg (2018), et «  Tricheurs et tricheries au jeu au XVIIIe siècle. La figure du chevalier d’industrie » dans la revue Droits (2017). Dans le domaine de l’histoire de la santé, elle a très récemment co-dirigé deux volumes collectifs: Les soldats du Roi à l’Hôtel des Invalides. Etude d’épidémiologie historique  (1670-1791) (2018), avec J. Coste, et L’orchestration de la mort. Les funérailles des temps modernes à l’époque contemporaine (2017), avec S. Nonnis-Vigilante.

 

Colloque « Nouvelles perspectives sur La Duchesse d’Amalfi / « New Perspectives on Webster’s The Duchess of Malfi », 12-13 October 2018, Paris

New perspectives on John Webster’s The Duchess of Malfi / Nouvelles perspectives sur The Duchess of Malfi de John Webster

12-13 octobre 2018

PROGRAMME:

Vendredi 12 octobre(Paris Diderot, amphi 6 C, Halle aux Farines)

14h-14h30: John Gillies (University of Essex): “Tragic kinds and the role of Bosola in The Duchess of Malfi

14h30-15h: Ladan Niayesh (Université Paris Diderot – Paris 7): “Feminine Endings in The Duchess of Malfi” 

15h-15h30: Questions and answers

PAUSE

15h45-16h45: Anne-Marie Miller-Blaise (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et Denis Lagae (Sorbonne Université): “‘The Duchess’ cabinet’: Trajectoire dramaturgique des objets domestiques dans la Duchesse d’Amalfide l’époque jacobéenne à la Restauration”

16h45-17h15: Questions and answers

17h15-18h45: Rencontre avec Cecilia Dorland, autour de sa mise en scène de The Duchess of Malfi  à St Giles in the Field à Londres (Scena Mundi Theatre Company, 2017), en présence des comédiens Pip Brignall (Ferdinand) et Jack Christie (Bosola).

Samedi 13 octobre(Sorbonne Université, Amphi Guizot)

9h-9h30: Anne-Valérie Dulac (Sorbonne Université): “‘And men that paint weeds to the life are praised’ (3.2.317): la nature des images dans The Duchess of Malfi

9h30-10: Rory Loughnane (University of Kent): “Memory and Mortality and The Duchess of Malfi

10h-10h30: Anny Crunelle (Université Paris Nanterre): “The Duchess of Malfi: Retour sur la controverse des femmes”

10h30-11h: Questions and answers

PAUSE

11h15-12h15: Gisèle Venet (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3): “Passion baroque: la modernité de The Duchess of Malfi de Webster”(Conférence plénière)

PAUSE DEJEUNER

14h-14h30: Emma Whipday (Newcastle University): “‘Our sister cannot marry’: Sibling Bonds and Familial Authority in The Duchess of Malfi”

14h30-15h:  Laetitia Coussement-Boillot (Université Paris Diderot – Paris 7): “‘Some said he was an hermaphrodite, for he could not abide a woman’ (3.2.217-18): The Duchess of Malfiou le corps dans tous ses états”

15h-15h30: Line Cottegnies (Sorbonne Université): “Mandragore, figures de cire et reliques : le théâtre du corps démembré dans La Duchesse d’Amalfi

15h30-16h: Questions and answers

16h: Remarques de clôture

Journées d’étude organisées conjointement par les Universités suivantes: Sorbonne nouvelle – Paris 3, Sorbonne Université, Paris Diderot – Paris 7, avec le soutien des UFR d’Etudes Anglophones de Sorbonne Université et de Paris Diderot – Paris 7, ainsi que de l’EA 4398 (PRISMES) de Sorbonne nouvelle – Paris 3.

Contact: Line Cottegnies (line.cottegnies@paris-sorbonne.fr), Anne-Valérie Dulac (anne-valerie.dulac@paris-sorbonne.fr) Aurélie Lentsch-Griffin (aurelie.lentsch-griffin@sorbonne-nouvelle.fr), Anne-Marie Miller-Blaise (anne-marie.miller-blaise@sorbonne-nouvelle.fr), Ladan Niayesh (niayesh@univ-paris-diderot.fr).

Création d’un Axe sur les modernités (XVIe-XVIIIe siècle) à la Sorbonne

L’ Axe  Modernités 16-18 – Littérature et Savoirs en Grande-Bretagne XVIe-XVIIIe siècles, créé au sein de l’EA 4085 VALE à l’Université Paris-Sorbonne en novembre 2017, s’intéresse à la constitution des modernités dans les Îles britanniques de la Renaissance aux Lumières. Constamment mis en avant par les philosophes ou les savants, le caractère « moderne » de la période doit être saisi comme un point de fuite qui organise l’époque, qui articule des oppositions intellectuelles et sociales, qui permet des reconfigurations de savoirs ou l’émergence de nouveaux genres au sein de la République des Lettres. Ces modernités font l’objet de transactions, d’interrogations, d’adhésions enthousiastes comme de rejets immédiats.

Cet axe rassemble des chercheurs de VALE et au-delà qui travaillent sur la période dans une perspective transdisciplinaire. Il permet par exemple aux spécialistes de théâtre ou d’histoire des idées, de philosophie ou de roman, de dialoguer autour de thématiques renouvelées. Si son objet premier est les Îles britanniques, les dimensions européenne et coloniale seront nécessairement intégrées aux travaux de recherche.